Quelques poèmes brefs et haïkus

Publié le 17 Janvier 2011

 

Le haïku (俳句, haiku?), terme créé par le poète et théoricien Shiki Masaoka (1867-1902), est une forme poétique très codifiée d'origine japonaise, à forte composante symbolique, et dont la paternité, dans son esprit actuel, est attribuée au poète Bashō Matsuo (1644-1694). Le haïku tire son origine du tanka (ou waka) de 31 mores (un découpage des sons plus fin que les syllabes) composé d'un hokku de 17 mores et un verset de 14 mores. Bashō Matsuo isola les modules et ne conserva que celui de 17 mores, qu'on appelait le hokku ou le haïkaï.

Il s'agit d'un petit poème extrêmement bref visant à dire l'évanescence des choses. Encore appelé haïkaï (d'après le haïkaï no renga ou haïkaï-renga, forme antérieure plus triviale développée par Sōkan au XVIe siècle) ou hokku (son nom d'origine), ce poème comporte traditionnellement 17 mores en trois segments 5-7-5, et est calligraphié sur une seule ligne verticale. Le haïku doit donner une notion de saison (le kigo) et doit comporter une césure (le kireji). Si le haïku n'indique ni saison, ni moment particulier, on l'appellera un moki.

Les haïkus ne sont connus en Occident que depuis le tout début du XXe siècle. Les écrivains occidentaux ont alors tenté de s'inspirer de cette forme de poésie brève. La plupart du temps, ils ont choisi de transposer le haïku japonais, qui s'écrivait sur une seule colonne sous la forme d'un tercet de 3 vers de 5, 7 et 5 syllabes pour les haïkus occidentaux. Quand on compose un haïku en français, on remplace en général les mores par des syllabes ; cependant, une syllabe française peut contenir jusqu'à trois mores, ce qui engendre des poèmes irréguliers.

La personne écrivant des haïkus est appelé haijin (俳人, haijin?), ou parfois également « haïdjin » ou « haïkiste ».

 

Référence: wikipédia:le haïku

 

 

Casses-Pieds.

La revue du poème bref N :1 mai 2006

 

 

                     La chaise de soleil

                S’ennuie seule

                 Sous la pluie


 

                 Le sureau maternel

                    Caresse au passage

                    Le nuage blanc

 

 

                    La nuit respire

                     L’arôme des phlox

                       Erre au jardin

 

                                                                                             @ Francyne Plante

 

Image1de-roche-pour-separateur.png

 


             Le matou ronronne

              Lorsque la chatte s’étire

                Préambule d’amour


                                                                                                @ Jacques Pelletier

 

Image1de roche pour séparateur

 

 

 

Casse-pieds.

La Revue du poème bref, N:2, septembre 2006

 


             Genoux par terre,

           Humant l'odeur de l'été

            Je sème la vie.


 

          Cinq heures du matin

       La nuit est calme

             Le frigo dérange le silence

 

                                                                                                       @ Framcyne Plante

Image1de roche pour séparateur

 

 

Casse- pieds

La revue du poème bref, N:3, Janvier 2007

 

       Secret compagnon

         Jardin étrange de mon âme

   Un fantôme veille

 

        Le vent chante

             Mes anciennes passions

        J'écoute et je souris

 

                                                                                                                @ Jacques Pelletier  

 

Image1de roche pour séparateur

Rédigé par les jardins a fleur de peau.

Publié dans #Les mots que nous semons

Repost 0
Commenter cet article

Lilasmai 07/03/2011 10:35



Bonjour Fleur de Peau,


Après la visite de ton magnifique jardin je dois dire que je suis admirative de toutes tes installations et du travail que ton époux et toi avez accompli. Tout n'est que pure merveille et il y à
là une somne de travail incalculable. Quel talent tu as pour transformer la pierre pour en faire des oeuvres digne des plus grands artiste. Toutes mes félicitations c'est remarquablement beau et
aménagé avec goût.


Au plaisir...


Lilasmai....



Lysi 18/01/2011 12:54



J'aime bien les mots couches sur un papier, je suis sensible a vos écrits merci.



Francyne alias Fleur de Peau 18/01/2011 16:05



Les mots doux font trembler les coeurs


Les mots secs les chahutent et parfois les arrachent.


Merci à toi Lysi de te laisser toucher