Jupon Parfumé

Publié le 4 Mars 2011

Jupon parfumé

 

Dans un lit mousseaux où la vertu se dérobe,

J’enlevai gracieusement l’importune robe,

Et j’enfouis ma tête dans son jupon parfumé,

Inquiet du plaisir dont je devais assumer.


Ô frénésie de la chair! Ma main impatiente

Contourna la rondeur de ses beaux seins durcis.

Ma passion ne se permettait plus de sursis

Et je bénissais  ma volupté omnisciente.


Elle s’est offerte, voluptueusement nue

 À mon désir et à ma passion bienvenue,

J’ai contemplé son temple poli comme le cuivre :

Celui sur qui je me repose et je m’enivre.


Au soleil du midi, de chatoyants reflets

Faisaient de jolies arabesques sur sa peau :

Ô magie de l’amour! Satan, que c’était beau!

Cette poésie produisit sur moi milles effets.


Lèvres entrouvertes, je baisai ses hanches frémissantes

Et je plongeai mes doigts dans sa toison frisée.

Ma sensualité insatiable s’est grisée

De ses élans et de ses fureurs gémissantes.


Ses yeux ont imploré une plus grande jouissance,

Ses ongles fiévreux égratignèrent mon corps.

C’est dans ces verdoyants et silencieux décors

Que nous fûmes l’amour, imprégnés de puissance.


 

Extrait de : Les fleurs étranges 1968  Partie V11 par : Jacques Pelletier

Rédigé par les jardins a fleur de peau.

Publié dans #Les mots que nous semons

Repost 0
Commenter cet article

Gisèle Lavoie 05/03/2011 01:35



J'aime cette sensualité exprimé avec des mots.


 


Merci Jacques



les jardins a fleur de peau. 05/03/2011 01:40



Merci à toi de m'avoir lu . Jacques



Geneviève 04/03/2011 18:16



Ce qu'il est beau et sensuel, ce poème de Jacques!



les jardins a fleur de peau. 04/03/2011 20:01



Jacques te dit merci Geneviève.